Quels bocages en Bourgogne ?

Constitués d'éléments naturels modelés par l'homme, les bocages bourguignons témoignent de la diversité régionale. Héritages du passé, ces paysages sont des symboles de l'espace rural bourguignon.

Une évolution au fil de l’histoire

Les bocages nous viennent tout droit du Moyen-Âge. Ils ont été créés par nos ancêtres paysans pour le parcage du bétail, la production de bois de chauffage, d’outils, etc. Au XVIIIe siècle, les bocages remplissent de nouvelles fonctions comme la matérialisation de la propriété privée et la fourniture d’un abri pour le bétail. Les nouvelles politiques agricoles et forestières des années 1950 et le remembrement ont bouleversé les pratiques d'entretien et ont provoqué parfois la régression de ce paysage et de sa richesse naturelle.

Un patrimoine historique et naturel à conserver

L'apparition récente de nouveaux enjeux (lutte contre l’érosion, environnement, tourisme), le retour des fonctions traditionnelles et l'utilisation de nouveaux outils de taille, peuvent assurer l'avenir des bouchures et la qualité de ce paysage. Des actions expérimentales pour replanter, conserver et traiter les haies sont menées dans le Charolais, en Saône-et-Loire, par le Conservatoire et des agriculteurs locaux.

Des bocages multiples

Les essences constitutives des haies sont choisies par l'agriculteur en tenant compte des conditions écologiques locales. Il existe différents types de bocage, comme le Charolais et l'Autunois, qui se distinguent par leurs bouchures de chênes, de frênes et de saules, plessées selon une technique de tressage très proche de la vannerie. La morphologie de la haie (buissonnante ou arborescente) et le type d'entretien conditionnent les plantes, insectes, oiseaux et mammifères que l'on y trouve.

Bocage © Olivier GirardFleur d'Eglantier © Olivier GirardFusain © Olivier GirardMésange charbonnière © Régis Desbrosses

0.14863801002502