Oreillard gris

Plecotus austriacus (J.B. Fischer, 1829)

Classification

  • ClasseMammifères
  • OrdreChiroptera
  • FamilleVespertilionidae
  • GenrePlecotus
  • Espèceaustriacus
  • Nom scientifiquePlecotus austriacus
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations

Taille : 41-58 mm
Envergure : 240-300 mm
Poids : 6-14 g

Classification

Classe : Mammifères
Ordre : Chiroptères
Famille : Vespertilionidés
Genre : Plecotus
Espèce : austriacus
Nom scientifique : Plecotus austriacus

Morphologie

L’Oreillard gris et l’Oreillard roux (Plecotus auritus) sont deux espèces très proches morphologiquement, ce qui rend délicat leur identification respective. Ce sont des chauves-souris de taille moyenne, possédant d’immenses oreilles (près de la moitié de la longueur du corps) qu’elles replient sous leurs ailes pendant l’hibernation et qui leur ont valu leur nom. Sa description est récente, l'espèce était confondue avec l'Oreillard roux avant 1960. Légèrement plus grand, l'Oreillard gris est d'aspect plus gris que son cousin : poils du dos, museau, lèvre supérieure, tragus (partie du pavillon de l’oreille qui protège l'orifice du conduit auditif) et pavillons auriculaires gris, tour des yeux foncés. L’unique manière de faire la différence entre les deux espèces avec certitude est de réaliser des mesures biométriques d'individus capturés et tenus en main.

Habitat

L’Oreillard gris aime la chaleur et est anthropophile, il s’installe dans les combles chauds, les greniers et fissures des bâtiments. L’hiver venu, il peut rester dans des combles. Capable de pratiquer le vol stationnaire, l’Oreillard gris affectionne les espaces aérés tels que les pelouses ou autour des arbres pour chasser.

Reproduction

Les colonies de reproduction rassemblent généralement une trentaine d’Oreillards gris. Les petits naissent de mi-juin à mi-juillet, ils sont sevrés à leur sixième semaine.

Régime alimentaire

L’Oreillard gris aime particulièrement les Lépidoptères Noctuidés, auxquels il ajoute des Diptères et Coléoptères. Lors de réveils hivernaux, les individus consomment les papillons en diapause imaginale (repos à l’état adulte) dans les mêmes lieux, on peut ainsi découvrir des petits tas de restes d'insectes non consommés (ailes de Lépidoptères etc.).

Relation avec l’homme

Cette espèce est protégée en France et inscrite à l’annexe IV de la Directive Habitats-Faune-Flore, elle bénéficie d’une protection dans le cadre des Conventions de Berne et de Bonn. Non menacés dans l’Hexagone, les oreillards sont toutefois affectés par l’élimination des vieux arbres et une gestion forestière inappropriée, la restauration des combles et leur engrillagement, mais aussi victimes des collisions routières, leur vol lent les rendant vulnérables.

Réseau trophique

Hormis les rapaces nocturnes, les chats sont les principaux prédateurs des oreillards.

Répartition géographique

Les oreillards ont une large distribution en Europe. Distribué sur l'ensemble de l'Hexagone, l'Oreillard gris semble plus présent en Bourgogne que son cousin l'Oreillard roux. Toutefois, les connaissances sur la répartition de ces deux espèces jumelles restent faibles du fait de la difficulté d’identification et de leur discrétion.

Photothèque Oreillard gris
Oreillard gris (Plecotus auritus)
Oreillard gris (Plecotus auritus)
Oreillard gris (Plecotus auritus)
Oreillard gris (Plecotus auritus)
Oreillard gris en chasse dans un verger
Oreillard gris (Plecotus austriacus)
Ajouter un média
Bibliographie Oreillard gris

ARTHUR L. & LEMAIRE M., 2009, Les chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse, Ouvrage, Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris : 544 p.

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

Conservatoire des sites naturels bourguignons, 2002, Guide des espèces protégées en Bourgogne, Ouvrage : 176p.

DIETZ C. & KIEFER A., 2015, Chauves-souris d’Europe. Connaître, identifier, protéger, Ouvrage, Delachaux et Niestlé S.A., Lausanne-Paris : 400p.

DIETZ C., VON HELVERSEN O. & NILL D., 2009, L’encyclopédie des chauves-souris d’Europe et d’Afrique du Nord. Biologie, Caractéristiques, Protection., Ouvrage, Delachaux et Niestlé, Paris : 400 p.

DUPUY G., 2006, Pose de gîtes pour chiroptères dans des aqueducs forestiers, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 158-159

ROUÉ S.G. , 2006, Partons à la découverte de ces petits mammifères, les chauves-souris, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 2-16

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2006, Plan régional d'actions chauves-souris en Bourgogne, PRA, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 17-100

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2003, Les chauves-souris, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 7 : 6-7

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2000, 2001 et 2002, Les chiroptères, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 4, 5 et 6 : 8-13

SIRUGUE D., ROS J. & BRENOT P., 2006, Les chauves-souris du Morvan et de la Bourgogne : II. Les espèces gîtant sous les ponts, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 154-155