Ecrevisse de Louisiane

Procambarus clarkii (Girard, 1852)

Classification

  • ClasseMalacostracés
  • OrdreDecapoda
  • FamilleCambaridae
  • GenreProcambarus
  • Espèceclarkii
  • Nom scientifiqueProcambarus clarkii
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations
Morphologie

Longueur : jusqu’à 150 mm

Les Crustacés possèdent deux paires d'antennes et une respiration branchiale. L’ordre des Décapodes se caractérise par la présence d'une carapace céphalothoracique résultant de la fusion de l'ensemble des segments céphaliques et thoraciques et la présence de cinq paires de pattes locomotrices dont trois sont transformées en maxillipèdes (pinces), facilitant la préhension (de leurs proies etc.). L’abdomen, ou pléon, est composé de six segments portant chacun une paire de pléopodes, des petites pattes natatoires. La coloration générale de l’Ecrevisse de Louisiane varie du rouge au violet, elle s’identifie aisément. Ses pinces sont granuleuses et couvertes de taches rougeâtres, avec des protubérances alternées sur le tranchant. Elles présentent un ergot ou deux sur le côté interne de l’article (le carpopodite) précédant les grandes pinces et un éperon sur les troisièmes quatrièmes pattes marcheuses chez les mâles. Le céphalothorax de l’Ecrevisse de Louisiane est rugueux, hérissé de nombreux petits tubercules et muni d’un rostre en forme de gouttière avec une crête médiane dorsale peu marquée et des bords convergeant en triangle. Une série d’épines se trouve en arrière du sillon cervical.

Habitat

L’Ecrevisse de Louisiane vit dans les marécages, les lacs et étangs, les canaux et rivières. Très tolérante vis-à-vis de son environnement, elle fait preuve d’une incroyable plasticité : cette espèce fouisseuse est capable de résister à des conditions extrêmes de désoxygénation et à des températures d’eau chaudes ou froides, pouvant coloniser des cours d’eau jusque dans la zone à Truite. C’est cette tolérance qui lui permet de parcourir de grandes distances hors de l’eau et de vivre dans des milieux secs en creusant notamment de profonds terriers dans les digues et les berges, ce qui n’est pas sans provoquer d’importants dégâts.

Reproduction

Sous des climats propices, la reproduction a lieu en début d’été. La fécondation s’effectue en début d’automne et est rapidement suivie par l’éclosion, deux à trois semaines après. La femelle pond environ 500 œufs, fixés sous son abdomen, elle peut se reproduire plusieurs fois par an. Cette espèce à croissance rapide est mature dès six mois et a une longévité relativement courte, de 2 à 3 ans.

Régime alimentaire

L’Ecrevisse de Louisiane est essentiellement végétarienne.

Relation avec l’Homme

L’Ecrevisse de Louisiane est originaire du Sud-Est des Etats-Unis, son apparition en France date de 1976 et les premiers individus en Bourgogne sont signalés en 2001. C’est une espèce nuisible selon la législation française car susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques et d'avoir un impact dévastateur sur les espèces françaises. Aussi son introduction est interdite dans tout type de milieu, de même que son importation, le transport et la commercialisation de spécimens vivants.

Réseau trophique

Comme ses congénères américaines introduites, l’Ecrevisse de Louisiane est une compétitrice et porteuse saine de l’aphanomycose, la peste de l’écrevisse, qui peut décimer en peu de temps une population d’Ecrevisse autochtone (Ecrevisses à pattes blanche et à pattes rouges), tendant ainsi à les remplacer dans leurs milieux. De manière générale, les Ecrevisses sont prédatées par différents poissons carnassiers (Truite, Brochet), des Mammifères (la Loutre notamment) et des oiseaux Limicoles (Héron).

Répartition géographique

L’espèce est présente dans les quatre départements bourguignons où elle progresse rapidement, notamment dans la Nièvre et dans l’Yonne : c’est l’espèce qui semble avoir eu la plus forte progression ces dernières années. Malgré tout, elle encore dispersée en Bourgogne, avec des populations dans le secteur du réservoir du Bourdon en Puisaye (Yonne) et dans le bassin versant de la Loire. Elle est très récente en Morvan et n’est connue que dans quelques stations.

Ajouter un média
Bibliographie Ecrevisse de Louisiane

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

Bourgogne-Nature, Dimanche 17 juillet 2011, Une écrevisse qui dévisse d’autres qui envahissent, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

Bourgogne-Nature, Dimanche 3 février 2013, L’écrevisse locale voit rouge, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre

Fédération de l'Yonne pour la Pèche et la Protection du Milieu Aquatique, Les écrevisses dans l'Yonne, Plaquette

Fédérations Lorraine Pêche, Guide d’identification des écrevisses en France métropolitaine : Ecrevisse de Louisiane, Document technique, Fédérations Lorraine Pêche : 15

Fédérations Lorraine Pêche, Guide d’identification des écrevisses en France métropolitaine, Document technique : 15

LERAT D., Dimanche 23 août 2015, On en pince pour nos crustacés, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

LERAT D., PARIS L., BARAN P. & SIRUGUE D., 2009, Les écrevisses en Bourgogne, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 9/10 : 97-110

Parc naturel régional du Morvan, 1998, Les écrevisses en Morvan : Procambarus clarkii Girard - Ecrevisse rouge de Louisiane, Revue scientifique, Cahiers scientifiques du Parc, 1 : 36

PARIS L., 2000, 2001 et 2002, A la recherche des écrevisses bourguignonnes, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 4, 5 et 6 : 27-30

SIRUGUE D., 2009, L’écrevisse : un crustacé décapode de type macroure marcheur, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 9/10 : 111