Un petit renard en terre Arctique

Retour à la liste

Un petit renard en terre Arctique

Deux fois plus petit que le renard roux, le renard polaire, – mammifère carnivore –, pèse entre trois et cinq kilos et fait la taille d’un grand chat.

Un petit carnivore arctique

Le renard polaire peut arborer différents pelages : Il peut être blanc pendant l'hiver puis beige-brun pendant l'été, on parle de "renard blanc" ; ou bleu-gris pendant l'hiver et marron foncé pendant l'été, on parle alors de "renard bleu". Camouflage parfait selon l'environnement, on trouvera plus de renards blancs dans les régions caractérisées par une longue période de couverture neigeuse.
Avec une espérance de vie de 3 à 5 ans, les renards se reproduisent chaque année. Les petits naissent au printemps entre début mai et début juin. D'abord aveugles, ils ne sortent de la tannière qu'au début de l'été. A l'automne, ils quittent la tanière et peuvent parcourir plusieurs centaines de km.

Un régime alimentaire variable et très influent

Le régime alimentaire du renard polaire varie d'une région à l'autre. En Scandinavie, il se nourrit à 70% de lemmings (des petits rongeurs de la taille des hamsters). Ailleurs, en Islande ou au Groenland, il peut se nourrir aussi d'oiseaux marins. On distingue ainsi 2 écotypes :
- le renard côtier se nourrit d'oiseaux, et de tout ce qu'il peut trouver (insectes, poissons, baies...). Ses ressources alimentaires varient peu d'une année sur l'autre. La taille des portées et la fréquence des reproductions sont globalement stables, entre 4 à 6 jeunes par an.
- le renard de toundra mange les lemmings dont la population suit des cycles. Lors d'un pic de lemmings, une portée de renards polaires peut atteindre 20 jeunes, ce qui fait de lui le mammifère carnivore ayant les plus grosses portées.

Une espèce emblématique de l'Arctique

Le renard polaire est présent absolument partout en Arctique, jusqu'à de très hautes latitudes et même sur la banquise où il peut suivre l'ours polaire pour bénéficier des restes de repas.
Les menaces auxquelles il doit faire face aujourd'hui sont liées à des changements environnementaux/climatiques et au développement des activités humaines dans le Nord. En particulier, ces 50 à 100 dernières années, le renard roux est arrivé en Arctique. Véritable compétiteur du renard polaire pour les ressources alimentaires ou les tanières de reproduction, son expansion serait dûe à des températures plus clementes et/ou au développement de la présence humaine dans le Nord, avec des populations plus concentrées et la génération de déchets...

Le mot d'expert, Anne-Mathilde Thierry, biologiste au NINA (Norwegian Institute for Nature Research)

Le renard polaire subit aussi d'autres stress. Bien que la situation varie d'une région à l'autre, l'Homme a pour habitude de chasser le renard polaire, que ce soit pour sa fourrure, par crainte de la rage ou simplement pour l'éradiquer. Par exemple, en Scandinavie où il été énormèment chassé pour sa fourrure, la population de renard polaire a rapidement chuté jusqu'à se réduire à moins de 100 individus. Un programme de protection y est mis en place depuis 20 ans.

Petit glossaire

Ecotypes : populations d'une espèce plus ou moins distinctes morphologiquement et qui sont adaptées à des conditions écologiques différentes.