Questions de nature : Le retour des loups

Retour à la liste

Le retour des loups en Bourgogne?

Repérés dans la région après un siècle d’absence, les loups font encore l’objet de tous les fantasmes. Qui sont-ils réellement?

Les loups sont-ils les redoutables prédateurs qu’on imagine?

Oui… et non! Les loups chassent pour se nourrir. Grace à leurs capacités physiques et à leur organisation en groupe social (ou «meute»), ils peuvent capturer de grandes proies: cerfs, chevreuils, chamois et sangliers. Cette prédation naturelle est le signe d’une bonne santé des écosystèmes. Mais les loups ne font jamais disparaître leurs proies. Si c’était le cas, ils n’auraient plus rien à manger… et disparaitraient eux-mêmes. Les cas de prédation en surnombre, extrêmement rares dans la nature, se produisent dans les situations très particulières où les proies ne peuvent fuir ni se défendre: c’est le cas des moutons domestiques enfermés dans des enclos insuffisamment étanches. Quant à nous, humains, nous n’avons rien à craindre des loups. Ils ne nous considèrent pas comme des proies et nous évitent.

Doit-on s’inquiéter si les loups se mettent à proliférer ?

Ils ne peuvent pas proliférer ! Comme tout grand prédateur, le Loup est une espèce qui s’autorégule. Chaque groupe social de 2 à 10 loups vit sur un très grand territoire: au moins 200 km2. Le groupe défend ce territoire contre les autres groupes. Localement, le nombre de loups reste toujours faible. Les loups «en trop», notamment des sub-adultes, quittent le groupe et partent à la recherche d’un nouveau territoire où s’installer. La soit-disant «prolifération» fait partie des clichés qui ont la dent dure. Comme celui de la «réintroduction». Non, les loups n’ont pas été réintroduits en France! Ils sont revenus tout seuls. C’est une recolonisation naturelle.

Qu’en est-il des loups en Bourgogne?

Jusqu’au début du 19e siècle, il y avait des loups dans l’ensemble de la région. Mais comme ailleurs, ils ont fait l’objet d’une chasse acharnée. Les derniers loups bourguignons ont été tués au tout début des années 1920. Quelques années plus tard, l’espèce était éradiquée en France. Mais pas en Italie. C’est à partir de ce pays que des loups ont peu à peu gagné le sud-est de la France dans les années 1980-1990. Quelques loups se sont ensuite aventurés jusque dans le Jura et les Vosges. Le passage d’un loup aurait été détecté en 2013 en Côte d’Or. Début 2017, un loup vient s’est fait photographier dans la Nièvre. Est-ce le retour de l’espèce en Bourgogne? Ça serait une chance pour la biodiversité.

Le mot de l’expert, Pierre Rigaux, naturaliste de terrain et membre de la Société Française pour l’Étude et la Protection des Mammifères.

Vivre avec les loups

La présence des loups pose un seul problème pour les humains: la prédation sur les animaux d’élevage. Pour empêcher les loups d’accéder aux troupeaux, l’État subventionne spécifiquement les éleveurs : salaire des bergers, clôtures, chiens de protection. Tous ces moyens peuvent être efficaces s’ils sont bien mis en œuvre. Pas facile mais c’est un beau défi, celui de la coexistence avec les animaux sauvages!