PDA

Voir la version complète : printemps silencieux?



mf71
25/01/2014, 14h52
Doit-on s'attendre à un printemps silencieux future?
Depuis 15 ans mes zones de nourrissages pour les oiseaux sédentaires sont largement fréquentés et les consommations de graines de tournesol et de graisse sont régulières

Cette année pour la première fois je ne compte que 4 ou 5 visiteurs
Ce sont des mésanges charbonnières et une ou deux bleues....
Ce sont les seules espèces observées !

J'ai pourtant connu des hivers ou mon lilas devant ma fenêtre EST supportait toute la journée jusqu’à 25 oiseaux
Je notais des Accenteurs mouchet ,chardonnerets,verdiers, merles, mésanges nonnettes, pinsons, rouges gorges ,gros bec

La saisons 2013 fut il est vrai très pluvieuse en période de reproduction et j'ai constaté beaucoup de prédation dans mes nichoirs: Écureuils,geais,chats mais d'autres années furent identiques

Qu'en est-il chez vous?

cecile
27/01/2014, 10h28
Bonjour,

Effectivement cet hiver est très calme comparé au précédent, tout le monde semble unanime à ce sujet. Comme vous l'avez évoqué, la dernière saison de reproduction a été mauvaise pour bon nombre d'espèces en lien avec les mauvaises conditions climatiques, ce qui peut expliquer en partie la faible fréquentation des mangeoires. Un autre facteur pouvant apporter des réponses à ce phénomène est la douceur de l'hiver, aussi bien chez nous que dans le nord de l'Europe. Les oiseaux tels que les pinsons du nord ou les tarins des aulnes entre autres se font donc plus rares (du moins pour le moment, cela peut encore changer), n'ayant pas besoin de se déplacer vers le sud pour trouver de quoi se nourrir.
A la mangeoire de la maison du parc de St Brisson, nous observions l'hiver dernier jusqu'à une cinquantaine d'oiseaux simultanément appartenant à plus de 20 espèces. Cet hiver, seulement quelques visiteurs réguliers pour le moment : quelques mésanges (bleue, charbonnière et nonnette), pinsons des arbres et moineaux, 1 sitelle, 2 pies, 1 rouge gorge, 1 merle ainsi qu'1 pic mar fidèle au poste. 1 grosbec et un petit groupe de verdiers ont été observés une seule fois au cours de ces dernières semaines.
Mais l'hiver n'est pas terminé, il va donc falloir patienter encore pour tirer des conclusions et attendre un peu plus pour savoir ce qu'il en sera de la prochaine saison de nidification...
Bonne journée
Cécile

mf71
28/01/2014, 16h13
Merci pour votre réponse.

mf
http://orchidophile.free.fr

cecile
03/02/2014, 10h48
Bonjour,

Voici un lien pour visualiser quelques séquences de cette année et l'an dernier à la mangeoire de la Maison du parc de St Brisson : http://www.bourgogne-nature.fr/frame/box_video_theme.php?id_video=25
Le premier Pinson du nord a été observé la semaine dernière à plusieurs reprises. Grosbecs et verdiers ont également été plus assidus, et le Pic mar est toujours un hôte régulier 73
Cécile

mf71
02/02/2015, 10h40
Un article récent sur le sujet paru le 1-02-15) dans Lalibre.be

113


BRUXELLES (Belgique)

Les petits oiseaux granivores, comme le verdier ou le moineau friquet, sont de moins en moins présents dans les jardins, ressort-il de la 12e opération de recensement par le grand public des oiseaux de jardin initiée par l'organisation environnementale Natagora et son pôle ornithologique Aves. "De manière générale, sur les 12 années de comptage, on observe une uniformisation des espèces qui viennent au jardin. Un écart se creuse entre dix espèces de plus en plus fréquentes et les autres qui régressent, parfois de manière dramatique", constate Jean-Sébastien Rousseau-Piot, coordinateur du recensement des oiseaux de jardin. Le merle noir figure en tête de la liste des oiseaux les plus observés cette année. On retrouve également parmi les dix principales espèces recensées dans les jardins la mésange charbonnière, le rouge-gorge, la mésange bleue, la pie bavarde, le moineau domestique, le pinson des arbres, le pigeon ramier, la corneille noire et la tourterelle turque. "Depuis le début des recensements, on constate que les espèces les plus courantes sont devenues de plus en plus courantes. On pourrait s'attendre à ce que, dans 20 ans, on ne retrouve plus que ces oiseaux dans les jardins", souligne Louis Bronne, responsable de la communication de Natagora. A l'inverse, parmi les espèces qui s'éloignent inéluctablement de la catégorie "communs dans les jardins", se retrouvent des petits granivores, comme les verdiers ou les moineaux friquets. "Les espèces qui ont régressé ont besoin d'autres types de milieux que les jardins dans leur cycle biologique. Ce sont surtout les oiseaux liés aux milieux agricoles, comme les grandes cultures", poursuit Louis Bronne. Si le verdier et le moineau friquet peuvent être aidés par le nourrissage, car ils fréquentent aussi les jardins, ce n'est pas le cas d'autres espèces, comme le bruant jaune ou le bruant proyer qui n'y viennent presque pas, explique encore Natagora. Ainsi, "après une régression vertigineuse (-99% en 30 ans)", le bruant proyer est désormais au bord de l'extinction en Wallonie et en Belgique. Pour venir en aide à ces oiseaux granivores en péril, Natagora a mis sur pied le projet "Farine mélodieuse". "La farine mélodieuse vient d'un champ de blé bio situé en Hesbaye dont 10% des épis ne sont pas récoltés. Laissés sur place, ces épis servent de nourriture aux oiseaux et leur permettent de passer l'hiver", précise la responsable de ce projet Sylviane Gilmont. La vente de la farine produite permet de soutenir le projet et de l'étendre à d'autres agriculteurs. (Belga)